Mon vélo a planté

Depuis que je suis tout petit, j’ai toujours fais du vélo à la “roots” (sans casque (c’était pas obligatoire à l’époque), ni autre protection). Biensur, je me suis planté plusieurs fois avec plus ou moins de chance mais je n’ai jamais eut de blessure sérieuse (jamais de platre, jamais vu de médecin pour une quelconque douleur etc).

Ce week end je fais une descente (ligne droite) sur une route goudronnée quand je vois un enfant (10 ans je suppose) subitement s’écarter. forcément, je me le suis prit (j’ai eut le temps de freiner avant, le choc n’a pas été violent mais j’ai tout de même eut le droit de faire un soleil). Résultat des courses:

Moi: deux poignets qui me font mal depuis deux jours (je vais voir un médecin (pour info, je tape ce message avec deux doigts seulement)), deux mains épluchées (j’avais pas de gants et le bitume ça fait mal), plus les éraflures habituelles au genoux et à la cheville.

46(la deuxieme main est pareil)

le vélo : une roue avant légèrement voilée, les deux plateaux de vitesses (avant et arrière) qui déconnent (j’ai pas encore eut le temps d’y jeter un coup d’oeil).

l’enfant : un bleu.

Donc après expérimentation : “enfant vs cycliste”, c’est l’enfant qui gagne…

… et merde.

week end dépressif.

Après avoir vu pas mal de films asiatiques, je m’attaque maintenant aux séries TV (ce qui est plûtot pratique, les saisons ne fonts que 11 épisodes, ca permet de faire uen série par semaine/weekend (selon qu’elle est bien ou pas)).

J’ai donc testé un truc nommé 1 litre of tears (ça porte extrêmement bien son nom). Ca raconte l’histoire vraie d’une jeune fille de 15 ans atteinte de dégénération spinocérébrale (ceci est un vrai mot). Globalement elle perd peu a peu l’usage de ses membres mais conserve toute ses capacités mentales. on suit l’histoire qui se déroule sur 5 ans (11 épisodes – 5 ans, c’est possible). Lafin de chaque épisode reprend en citation une phrase du véritable journal intime dont est tiré la série.

C’est facilement un des trucs les plus triste que j’ai jamais regardé, à partir du 3ème épisode, je garantie la coulée de larme ou je rembourse le visionnage. Autant vous dire tout de suite : elle meurt à la fin.

1 litre of tears
1 litre of tears

Last.fm

Last.fm. C’est un site musical social (entrant donc dans la catégorie du (hum…) #@!?! web 2.0 (voila, c’est dit) ). Je me demande pourquoi je n’y suis pas allé plus tôt. Le site fourni plein d’outil bie’n sympa permettant à l’utilisateur de découvrir d’autres internautes ou d’auters artistes en relation avec ses goût musicaux (manque que le lien de téléchargement torrent).
Moi qui était en phase de recession musicale (j’ai du mal en ce moment a découvrir des groupe que je pourrais potentiellement aprécier), ce site aide à se diversifier un peu.
en plus, on peu faire des signatures très cool qu’on peu coller un peu partout où l’on va (une sorte de cyber sticker virtuel du futur). Vous aussi pourrissez les forums en collant votre signature :
]]>

Daisy, un autre film qu'il est bien.

Daisy est un des premiers films que l’on m’a conseillé lorsque j’ai rejoint le groupe AsianUsenet, mais je n’ai jamais eut le temps ou l’envie de le regarder (la description du film pourrait se résumer à “triangle amoureux entre un fillle un tueur a gage et un flic”).
Le film est en fait super bien fichu. La photo est jolie (ça a été tourné aux Pays Bas), les plans sont plutot sympa et l’histoire finalement plutôt pas mal.
Si vous regardez ce film voici les différents points qui vous permettront de dire “tiens, c’est un film coréen ça !” :

1/ Une narration non linéaire : L’histoire est faite de détour (flashbacks, changement de narrateur. On suit l’histoire tour a tour du point de vue de la fille, du tueur et du flic (par forcément dans cet ordre)). C’est un peu dérangeant au début et on aime ou on aime pas. Mais c’est souvent le cas dans la plupart des films que j’ai vu.

2/ Un mélange d’action et de drame. J’ai simplement jamais vu un seul film qui mélange aussi bien action et histoire d’amour que dans les films coréens. Tout s’imbrique parfaitement, et on passe de l’un a l’autre sans jamais qu’une partie prenne le pas sur l’autre. Dans Daisy c’est simplement un régal. Il n’y a aucun temps mort et on est surpris durant tout le film.

]]>

Mon bureau (now with XGL)

XGL (après avoir lutté avant de me rendre compte qu’un des paquets était tout simplement pas a jour).
Voila ce que ça donne :

xgl+compiz sur ubuntu, le truc de base quoi.

C’est joli tout plein, il y a de la transparence, de la déformation, des effets de floue de partout et on passe en fait plus de temps a faire bouger les fenêtres qu’à réellement faire quelque chose d’utile sur son pc (faudra qu’on m’explique le gain de productivité là dessus. Vive les interfaces du futur quoi).

en même temps, ça m’a permis de me rendre compte que les photos prises il y a deux semaine peuvent aussi servir à faire des fonds d’écrans très cool.]]>